Quel moyen de transport utilisez-vous?

Sur la route, chacun doit faire preuve de vigilance. C’est d’autant plus le cas des automobilistes envers les usagers ‘faibles’ tels que les motards car ceux-ci n’ont pas de carrosserie pour se protéger. Ils sont donc beaucoup plus fragiles sur les routes. Un motard court d’ailleurs 57 fois plus de risques qu’un automobiliste.

Voici un petit aperçu des situations dangereuses auxquelles les automobilistes doivent prêter attention afin de cohabiter en toute sécurité avec les deux roues.

Depassement

Le dépassement

Les motards sont des usagers de la route à part entière.

Lorsque vous dépassez un autre véhicule, si un motard vient en sens inverse, ce n’est pas à lui de s’écarter pour vous laisser passer, mais c’est à vous de patienter avant d’effectuer votre manœuvre.

Les motards occupent les 2/3 de la largeur de leur bande de circulation afin d’avoir une meilleure vue du trafic et d’être mieux repérés.

 

Remontee_des_files

La remontée des files

En cas de bouchon, les motards ont le droit de remonter les files. Cette remontée s’effectue entre les deux bandes les plus à gauche, à un maximum de 50 km/h et un écart de vitesse de maximum 20 km/h par rapport aux automobilistes.

Jetez un coup d’œil dans vos rétros et dans votre angle mort AVANT de changer de file et avant d’engager votre véhicule. Au besoin, tournez la tête pour une dernière vérification et utilisez toujours bien vos clignotants.

 

Ouverture_de_portiere

L’ouverture de portière

En agglomération, soyez toujours vigilant avant d’ouvrir votre portière, vous pourriez provoquer la chute d’un « deux-roues » !

Vos rétroviseurs sont vos meilleurs alliés pour éviter l’accident.

 

Tourne_a_gauche

Le « tourne à gauche »

Lorsque vous effectuez une manœuvre de « tourne à gauche », veillez à ne pas couper la trajectoire d’un motard.

En raison de leur étroite silhouette, les motards sont en effet plus difficilement détectables et on sous-estime leur vitesse et la distance à laquelle ils se trouvent. On pense qu’on a encore le temps de vite passer…

Vérifiez plutôt deux fois qu’une et indiquez vos intentions à l’aide des clignotants.

Vous et votre équipement

La bécane, c’est important, mais un bon équipement l’est tout autant !

Voici un petit aperçu des zones à protéger impérativement lorsqu’on fait de la moto.

Ma tête

  • Le casque est obligatoire pour tous les pilotes et passagers, quel que soit le type de moto
  • Il doit être homologué.
  • Lors de l’achat, passez-le sur votre tête. Il doit un peu serrer, sans comprimer (pour bien faire, gardez-le sur la tête pendant une dizaine de minutes. Cela vous permettra de savoir s’il vous convient et d’éviter l’inconfort ultérieur… et les dépenses inutiles).
  • Réglez bien la jugulaire : vous devez pouvoir passer un doigt entre la sangle et le prolongement de votre menton, sans vous étrangler. Deux doigts, c’est trop !
  • Entretenez votre visière avec de l’eau claire ou un produit et un chiffon spécifiques, sinon vous pourriez la griffer et la rendre inutilisable.
  • Laissez votre casque sécher dans une pièce aérée après l’avoir porté. Pour protéger la doublure de la transpiration, il existe de fines cagoules ou des bandanas. Votre spécialiste moto pourra vous conseiller au mieux.
  • Remplacez votre casque en cas de chute. La matière qui absorbe les chocs n’est efficace qu’une seule fois.

Les casques homologués sont identifiés par une étiquette blanche portant :

  • un cercle contenant la lettre E suivie du code pays ayant accordé l’homologation (1 = Allemagne, 2 = France, 3 = Italie, 4 = Pays-Bas, 6 = Belgique…)
  • un n° d’homologation dont le début rappelle la norme en vigueur
  • l’adjonction d’une lettre pour identifier le degré de protection de la mâchoire :
  • J : pas de protection maxillaire (casques de type jet ou demi jet)
  • NP : ne répond pas aux tests de protection de la mâchoire (casques modulables)
  • P : protection maxillaire intégrale (casques intégraux)
  • J/P : double homologation jet et intégral
  • un numéro de série de production

Un casque a une durée de vie moyenne de 5 ans. La date de fabrication est généralement indiquée sur une étiquette, à l’aide de 4 chiffres (03-15 = mars 2015)

Mes mains

Même lors d’une simple glissade à faible vitesse, ce sont souvent les mains qui entrent d’abord en contact avec le sol. Raison de plus pour porter des gants « moto » en toute circonstance, même lorsqu’il fait chaud.

gants

Mes pieds et chevilles

Des bottes (ou des bottillons) protègent vos pieds, chevilles et tibias si vous tombez et absorbent une partie du choc en cas d’impact latéral. Elles sont d’ailleurs imposées par le Code de la Route.

Bottes

Mon corps

Cuir ou tissu ?

Couvrez-vous toujours d’une veste à longues manches et d’un pantalon.

Que vous choisissiez le cuir ou le tissu, l’essentiel est d’investir dans des vêtements spécialement développés pour la pratique de la moto, qui comportent des coques de protection. Achetez-les de préférence en concession ou dans un magasin spécialisé en accessoires moto.

En termes de sécurité, le cuir est la matière idéale grâce à sa résistance à l’abrasion et au déchirement. Optez pour un vrai cuir moto.

Les vêtements en tissu spécifique pour moto sont aussi résistants à l’abrasion. Certains sont munis d’une membrane étanche et respirante. Ils peuvent servir été comme hiver et sont moins lourds que les vêtements en cuir.

Il existe des équipements complémentaires comme la dorsale pour colonne vertébrale ou des gilets airbag. Attention à ne pas cumuler la dorsale de la veste avec une dorsale amovible.

Corps

Se faire voir

Se faire repérer sur la route, c’est primordial ! Ça peut passer par les couleurs de votre équipement, les éléments réfléchissants, les phares, mais également votre position sur la route. N’oubliez d’ailleurs pas que voir ≠ d’être vu !

Découvrez toutes les infos utiles pour vous faire repérer un maximum !

Je suis facilement repérable

Pour que les autres usagers de la route puissent me détecter facilement :

  • j’allume mes phares. Il est d’ailleurs obligatoire d’allumer le feu de croisement et le feu arrière rouge, même en plein jour
  • je porte des vêtements clairs ou de couleur vive
  • je choisis idéalement un casque de couleur claire ou vive
  • je revêts de préférence des éléments réfléchissants, un gilet fluo ou une veste intégrant des bandes réfléchissantes.

Je choisis la juste place

  • N’hésitez pas à vous positionner aux 2/3 de votre bande de circulation (vous n’êtes en effet pas tenu de garder votre droite). Vous aurez une meilleure vue du trafic et serez mieux remarqué par les automobilistes dans leur rétroviseur intérieur. De plus, vous éviterez ainsi plus facilement les pièges de la route, ou une portière de voiture qui s’ouvre soudainement.
  • Faites attention aux angles morts. Le chauffeur du véhicule que vous suivez ou dépassez ne vous a peut-être pas vu.

Schema Angles morts Moto Capture angles-morts 2

 

Votre pilotage

Afin d’allier plaisir et sécurité, deux mots d’ordre : prudence et anticipation. La route se partage et chacun doit faire preuve de vigilance. Les motards n’ont pas de carrosserie pour se protéger et sont donc plus fragiles sur les routes. Veillez donc à anticiper le comportement des autres usagers et être vigilant à tout moment.

Voici un aperçu de quelques situations dangereuses pour motards.

J’anticipe

En tant que pilote de deux-roues, anticipez les réactions des autres usagers de la route:

  • Suis-je à une distance suffisante par rapport à celui qui me précède : il va peut-être freiner ou s’arrêter ?
  • Suis-je visible par le conducteur du poids lourd qui circule à ma gauche et dont l’intention est de se rabattre vers la droite ?
  • Le conducteur stationné à droite ne risque-t-il pas de quitter sans indication son emplacement ? Soyez attentif aux feux stop qui s’éteignent ou à la position des roues avant du véhicule.

Perception de la vitesse d’approche du motard

Le conducteur m’a-t-il vu et a-t-il anticipé correctement ma distance et ma vitesse ? De nombreux accidents surviennent en effet en raison d’erreurs d’appréciation ou tout simplement du fait que les conducteurs n’ont pas vu le motard arriver.

Cela s’explique en partie par le fait que plus un objet se rapproche et plus son image dans le fond de l’oeil va s’agrandir. C’est la vitesse d’agrandissement qui donne l’indication de la vitesse d’approche. A vitesse d’approche égale, la silhouette du couple moto/motard, plus petite que celle d’une voiture, a une image qui ne s’agrandit pas autant dans le fond de l’oeil. Sa vitesse d’approche parait donc moindre.

 

perception-oeil

 

Des recherches indiquent qu’augmenter les dimensions apparentes de la moto avec des éléments lumineux/feux supplémentaires, pourrait constituer une piste d’amélioration de ce problème.

 

Redémarrer au feu

Tenez compte du « temps mort » aux feux de signalisation : vérifiez bien si la route est libre à gauche et à droite avant de vous engager.

Traverser un carrefour

Lorsque vous traversez un carrefour veillez à bien regarder à gauche, à droite, puis encore à gauche. Avant de vous engager, assurez-vous qu’aucune voiture ne dépasse celle qui vient à votre droite.

Le « tourne » à gauche

Lorsqu’un automobiliste décide de tourner à gauche, il peut ne pas vous avoir vu en raison de votre silhouette étroite et risque ainsi de couper votre route. Les statistiques révèlent d’ailleurs que cette manœuvre des automobilistes est à l’origine de beaucoup d’accidents.

Les situations dangereuses illustrées ci-dessous sont les plus fréquentes mais il existe encore de nombreux dangers avec le tourne à gauche. Vigilance reste donc le mot d’ordre J

Situation 1

tourner-gauche-1

Un motard circule sur une route prioritaire. Un automobiliste arrive en sens inverse et souhaite tourner à gauche. Il ne distingue pas le motard (malgré l’absence d’éléments gênant sa visibilité) ou évalue mal sa vitesse d’approche et sa distance et s’engage à gauche en coupant la route au motard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situation 2

tourner-gauche-2

Un motard circule derrière un automobiliste qui ralentit. Le motard entreprend donc de dépasser l’automobiliste mais celui-ci tourne à gauche, coupant ainsi la route au motard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situation 3

tourner-gauche-3

Un automobiliste souhaite s’engager sur une route prioritaire. Il traverse la voie pour rejoindre la bande de droite mais coupe la route du motard qui arrive en sens inverse, évaluant mal sa vitesse d’approche ou sa distance.

Remonter une file

remonter-file-de-voiture

 

Un motard remonte une file de véhicules. Un automobiliste A (qui se déplace dans le même sens) se trouvant devant une intersection cède le passage à un automobiliste B voulant rejoindre la bande de circulation en sens inverse. Celui-ci vérifie qu’aucun véhicule n’arrive sur sa droite mais ne voit pas le motard arriver à sa gauche et lui coupe la route. Le motard, dont la vision est entravée par l’automobiliste A, ne voit pas non plus l’automobiliste B arriver et n’a pas le temps de ralentir.

Eviter un obstacle

Parfois, il est moins dangereux d’éviter un obstacle que de vouloir s’arrêter à tout prix :

  • Concentrez-vous sur la voie de secours que vous allez emprunter, et pas sur l’obstacle (technique du regard).
  • Relâchez totalement les freins.
  • Une fois votre engin redressé, freinez de nouveau en toute sécurité.

Prendre un virage

La visibilité dans un virage est réduite. Avec de l’expérience et une bonne technique du regard, vous pouvez négocier correctement n’importe quel virage.

Avant le virage :

  • Regardez loin devant vous et observez la courbe du virage.
  • Méfiez-vous en particulier des virages masqués qui offrent une vue insuffisante sur leur sortie.
  • Rentrez le plus tard possible dans la courbe : vous aurez ainsi une meilleure visibilité.
  • Votre vitesse est trop élevée ? Freinez avant de commencer à virer.

Virage

Avant d’entrer dans un virage à droite, placez-vous le plus à gauche possible de votre bande de circulation (pour un virage à gauche, il faudra se placer le plus à droite de votre bande de circulation). Vous maintiendrez ainsi plus longtemps une trajectoire en ligne droite et aurez donc une meilleure vue de la courbe à négocier.

 

 

 

Dans le virage :

  • Dès l’entrée du virage, déplacez votre regard jusqu’au point où vous allez sortir de la courbe.
  • Gardez les genoux en contact avec le réservoir et penchez le corps afin de guider votre machine dans la trajectoire correcte à l’aide des hanches et en appuyant le pied sur le repose-pied intérieur.
  • Lors d’un virage à gauche, vérifiez que le haut de votre corps ne dépasse pas la bande continue.
  • Evitez de lâcher les gaz, rétrograder ou débrayer > cela déstabilise la moto.
  • Vous devez quand même freiner ? Utilisez tout d’abord votre frein arrière. Si ce n’est pas suffisant, débrayez et utilisez votre frein avant avec précaution.

Réaccélérez seulement quand la sortie est en vue.

Dépasser

  • Jetez un rapide coup d’œil par-dessus votre épaule gauche afin de vous assurer qu’un autre conducteur n’est pas en train de vous dépasser
  • Evaluez la vitesse des véhicules qui vous précèdent et celle de ceux qui arrivent en face. Abstenez-vous en cas de doute et ne comptez pas sur la « collaboration » éventuelle des autres usagers.
  • Veillez à respecter la distance de sécurité avant de dépasser.
  • Entamez le dépassement après avoir marqué votre intention à l’aide des clignotants.

Par la gauche ou par la droite ?

Si on peut remonter par la droite d’une fille de voitures à l’arrêt, dès qu’elles redémarrent, il s’agit d’un dépassement : soit on se remet dans la file des voitures, soit on continue à la dépasser mais uniquement par la gauche.

 

Quelques cas particuliers

Se déplacer en groupe ? Conduire avec un passager ? Transporter des bagages ? Cela nécessite quelques précautions. Découvrez-les ici !

Se déplacer en groupe

Vous pratiquez la moto en groupe ?

Voici quelques conseils pour une balade en toute sécurité :

 

  • Scindez le groupe en sous-groupes de 5 à 6 pilotes.
  • Déterminez la place de chacun dans le groupe. Les pilotes les moins expérimentés à l’avant.
  • Optimisez la visibilité de chacun : le premier roule aux 2/3 de sa bande, le deuxième au tiers, le troisième de nouveau aux 2/3 et ainsi de suite.
  • Adaptez la distance entre vous en fonction de la vitesse et de l’endroit où vous vous trouvez. En agglomération, placez-vous plus près les uns des autres que sur autoroute.
  • Arrêtez-vous uniquement sur un accotement ou un parking.
  • Lors d’une manœuvre, ne suivez pas aveuglément le motard qui vous précède. Vérifiez que la voie est bien libre.

 

Que dit le Code de la route ?

  • Les groupes de plus de 50 motards doivent obligatoirement être escortés par 2 capitaines de route au minimum. Le ou les capitaines de route sont néanmoins conseillés à partir de 15 motards…
  • Âgé de 25 ans au moins, un capitaine doit porter un vêtement rétroréfléchissant, avec la mention »capitaine de route » en lettres noires sur le dos, et avoir un signal C3 (disque blanc à bord rouge). Il peut arrêter la circulation sur les voies transversales durant la traversée du groupe aux carrefours sans signaux lumineux, à l’aide du disque C3.
  • Il est interdit de rouler côte à côte. Il faut rouler en rangs parallèles décalés et laisser un espace de quelques mètres entre chaque deux-roues motorisé.

Conduire avec un passager

Circuler à deux sur une moto demande de la pratique et une certaine adaptation :

  • Votre moto doit être adaptée pour le transport de deux personnes : une double selle, des pose-pieds et poignée(s).
  • Le passager doit être détendu et simplement suivre les mouvements de la machine. Il ne doit en aucun cas se pencher de manière inattendue vers l’intérieur ou l’extérieur. Il peut changer de position dans une ligne droite, mais certainement pas dans un virage.
  • Il doit toujours avoir les pieds sur les repose-pieds.
  • Il peut se tenir aux poignées à l’arrière ou à votre taille, sans entraver votre liberté de mouvement.
  • Etablissez préalablement un code de communication entre vous et votre passager si votre moto n’est pas équipée d’interphone.
  • Vous pesez plus lourd : la maniabilité s’en ressentira et votre distance de freinage sera plus longue.
  • Pensez à adapter la pression de vos pneus à la charge.

 

Que dit le Code de la route ?

Il est interdit de circuler avec un enfant de moins de 3 ans sur une moto. Entre 3 ans et 8 ans, ils peuvent prendre place uniquement sur une moto de max. 125cc, à condition d’être transportés dans un dispositif adapté. À partir de 8 ans, ils peuvent vous accompagner sur toutes les motos. Habillez toujours votre enfant avec un équipement adapté et homologué.

Transporter des bagages

Sachez que la largeur d’une moto ne peut dépasser 1,25 m, chargement compris. Vérifiez la pression des pneus et la suspension en fonction du poids total et procédez à un essai quelques jours avant le départ. Pensez à régler les phares par rapport au chargement.

Les valises rigides

  • Répartissez le poids de manière égale entre les deux coffres. Une sacoche de réservoir présente l’avantage de se placer près du centre de gravité de la moto.
  • Placez les objets les plus lourds dans le bas.
  • Tenez compte du poids maximal par valise.

Les top case

Vous pouvez placer une petite valise supplémentaire sur le porte-bagages (”top case”) ou arrimer un sac en forme de boudin sur la partie arrière de la moto en veillant à ne pas dépasser la largeur réglementaire.

Je veux le permis, oui mais lequel ?

Pas toujours facile de s’y retrouver. Il existe des permis spécifiques en fonction de la puissance du deux-roues que vous souhaitez conduire, et il y a un âge minimum requis pour chaque permis !

Découvrez toutes les informations relatives au permis moto sur www.lepermismoto.be

Les 10 règles d’or du motard

Découvrez les 10 commandements du parfait motard !

  1. Un engin adapté à ta taille et tes capacités, tu choisiras.
  2. Ta bécane, tu bichonneras.
  3. Pour une protection optimale, tu t’équiperas.
  4. Une conduite anticipative, tu adopteras.
  5. Pour te balader en groupe, transporter un passager ou des bagages, ton pilotage, tu adapteras.
  6. Par mauvais temps, prudent tu seras et en conséquence tu t’équiperas.
  7. Formations et mises à niveau, régulièrement tu suivras.
  8. Des virages masqués, tu te méfieras.
  9. Toujours vers la bonne direction, ton regard te mènera.
  10. Les pièges de la route, tu éviteras.

Pour approfondir sur ce thème:

Chargement des articles...

Aucun articles trouvés

Voir plus