Retour à la liste de news

Journée internationale de la femme : l’AWSR invite les hommes à prendre les femmes en exemple sur la route !

À l’occasion de la journée de la femme ce jeudi 8 mars, l’AWSR a comparé les statistiques d’accidents concernant les hommes et les femmes. Les résultats montrent que les hommes sont en général moins bons élèves sur la route…

Femmes au volant = moins d’accidents 

Contrairement aux idées reçues, les femmes sont moins représentées dans les accidents corporels que les hommes. Seul un conducteur sur 5 impliqué dans un accident mortel est une femme. Il y a davantage d’hommes que de femmes sur les routes (environ 60% d’hommes contre 40% de femmes) mais néanmoins, les conducteurs masculins restent largement surreprésentés, surtout dans les accidents mortels.

Les femmes conduisent mieux que les hommes ?

Si les femmes sont moins représentées dans les accidents, c’est notamment parce qu’elles désapprouvent davantage les comportements dangereux, sont moins tentées de dépasser les limites de vitesse et se montrent plus prudentes sur la route sur de nombreux aspects.

Explication biologique ?

La surreprésentation des hommes dans les accidents de la route peut être expliquée par de nombreux facteurs. Parmi ceux-ci, il y a certainement chez les femmes, une prise de conscience plus importante des risques lors de la conduite d’un véhicule. Plusieurs chercheurs estiment que la testostérone joue un rôle sur la prise de risques et les comportements agressifs. En sachant que cette hormone est beaucoup plus présente chez l’homme que chez la femme, on pourrait également en partie expliquer ces différences hommes/femmes sur la route.

« Femme au volant, mort au tournant »? Les éléments évoqués ci-dessus montrent que cela ne se vérifie pas sur la route. L’explication n’est pas liée à la compétence de conduite mais bien à la propension à transgresser les règles sur la route. Ces statistiques ne devraient donc pas être difficiles à faire évoluer si les hommes acceptent d’adopter un style de conduite plus féminin. A bon entendeur !