Conducteurs éblouis par le soleil : 1 accident tous les 2 jours en Wallonie !

A cette période de l’année, le soleil est particulièrement rasant et le risque d’être ébloui est maximum. Or, sur la route, 90% des informations passent par les yeux. En Wallonie, tous les 2 jours, un accident est dû à l’éblouissement par le soleil. En Belgique, on en compte 2 par jour. L’AWSR met en garde tous les usagers de la route.

7 tués en Wallonie en 2017

En 2017 en Wallonie, 138 accidents corporels sont survenus suite à un éblouissement par le soleil et 582 accidents au niveau national. 788 personnes ont été blessées des suites de ces accidents dont 199 en Wallonie et 16 personnes sont décédées dont 7 en Wallonie.

Octobre et mars : 2 mois critiques

Les accidents avec éblouissement par le soleil surviennent tout au long de l’année mais on constate clairement des pics en septembre-octobre et dans une moindre mesure, en mars. Cela n’est pas étonnant puisque lors de ces 3 mois, les heures auxquelles le soleil est le plus rasant coïncident avec les heures de pointe. Pour le matin, entre 6h30 et 7h30 en mars et entre 7h30 et 8h30 en septembre-octobre. Et pour le soir, entre 18h20 et 19h20 en septembre, octobre et mars.

Evidemment, la météo joue également un rôle, il y a peu de risques d’être ébloui par le soleil s’il fait nuageux. Cette météo peut évidemment varier d’une année à l’autre.

Lever et coucher du soleil, moments à risques

Les accidents dus à l’éblouissement par le soleil sont plutôt enregistrés au lever et au coucher du soleil. On constate toutefois que pour les mois de janvier et de décembre, le nombre d’accidents de ce type se répartit plus uniformément sur toute la journée puisqu’à cette période-là, les journées sont plus courtes et le soleil est plus bas sur l’horizon.

Des collisions par le côté en agglomération

L’AWSR a analysé en détails les accidents avec éblouissement par le soleil survenus ces 10 dernières années. Dans 9 cas sur 10, il s’agit d’un accident survenu entre deux usagers. Ce sont principalement des collisions par le côté qui sont enregistrées (30% des cas), viennent ensuite les collisions par l’arrière (23% des cas) et enfin, les collisions frontales (12% des cas).

La grande majorité de ces accidents (65%) surviennent en agglomération et hors carrefour.

6 victimes sur 10 sont des occupants de voiture et une sur 3 un usager faible

La majorité des victimes de ce type d’accidents (60%) sont des occupants de voiture, viennent ensuite les usagers faibles qui représentent un tiers des victimes : les piétons (16%), les occupants de deux-roues motorisés (12%) et enfin, les cyclistes (8%).

Les conseils de l’AWSR

L’AWSR fait quelques recommandations aux usagers de la route qui se déplaceront aux heures de point pendant les semaines qui viennent.

  • Pensez à toujours avoir une paire de lunettes de soleil avec vous que ce soit en voiture, à vélo ou à moto ;
  • Veillez à bien nettoyer le pare-brise (la visière pour les motards) et remplissez le réservoir de liquide lave-glace. En effet, lorsque le pare-brise est sale, combiné avec une lumière rasante, il devient opaque (écran blanc comme du verre dépoli) ;
  • En voiture, réglez correctement le siège afin que le pare-soleil soit efficace ;
  • Adaptez votre vitesse : dès qu’on est ébloui, on ralentit ;
  • Cas particulier : la sortie d’un tunnel. La pupille du conducteur est dilatée et il mettra quelques secondes à retrouver une vision optimale. En 1 seconde à 90 km/h, on parcourt déjà 25 mètres environ…. Mieux vaut donc se préparer avant la sortie du tunnel : abaissez le pare-soleil, remettez vos lunettes de soleil et diminuez votre vitesse ;
  • Cyclistes et piétons ? Gardez à l’esprit que vous risquez de ne pas être vus par les automobilistes même si vous n’êtes de votre côté pas gênés par le soleil.

Wallonie : nombre historiquement bas de tués sur les routes au 1er semestre

Selon les premiers chiffres disponibles pour les 6 premiers mois de l’année 2018, le nombre de tués sur les routes wallonnes continue de diminuer. Après un bilan encourageant en 2017 où le nombre de décédés 30 jours était pour la première fois inférieur à 300 (289), la Wallonie enregistre un nouveau record. Pour la première fois, le nombre de tués sur les routes wallonnes au premier semestre est inférieur à 100 avec 89 tués sur place enregistrés.

L’AWSR se réjouit par ailleurs de la diminution de la mortalité parmi les usagers vulnérables (cyclistes et cyclomotoristes).

« Ce bilan encourageant confirme que la Wallonie est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif fixé par le Gouvernement wallon: réduire à 200 le nombre de tués sur les routes d’ici 2020, souligne le Ministre wallon de la Mobilité en charge de la Sécurité routière Carlo DI ANTONIO. Il faut poursuivre sur cette voie et ne pas perdre de vue que chaque victime de la route est une victime de trop. Derrière ces chiffres, il y a des vies humaines et des conséquences dramatiques pour l’entourage de ces personnes. »

Il ne faut donc pas relâcher les efforts. Il y a encore du pain sur planche pour parvenir à l’objectif 2020 et il y aura encore de travail par la suite pour poursuivre la diminution de la mortalité routière.

 

Journée internationale de la femme : l’AWSR invite les hommes à prendre les femmes en exemple sur la route !

À l’occasion de la journée de la femme ce jeudi 8 mars, l’AWSR a comparé les statistiques d’accidents concernant les hommes et les femmes. Les résultats montrent que les hommes sont en général moins bons élèves sur la route…

Femmes au volant = moins d’accidents 

Contrairement aux idées reçues, les femmes sont moins représentées dans les accidents corporels que les hommes. Seul un conducteur sur 5 impliqué dans un accident mortel est une femme. Il y a davantage d’hommes que de femmes sur les routes (environ 60% d’hommes contre 40% de femmes) mais néanmoins, les conducteurs masculins restent largement surreprésentés, surtout dans les accidents mortels.

Les femmes conduisent mieux que les hommes ?

Si les femmes sont moins représentées dans les accidents, c’est notamment parce qu’elles désapprouvent davantage les comportements dangereux, sont moins tentées de dépasser les limites de vitesse et se montrent plus prudentes sur la route sur de nombreux aspects.

Explication biologique ?

La surreprésentation des hommes dans les accidents de la route peut être expliquée par de nombreux facteurs. Parmi ceux-ci, il y a certainement chez les femmes, une prise de conscience plus importante des risques lors de la conduite d’un véhicule. Plusieurs chercheurs estiment que la testostérone joue un rôle sur la prise de risques et les comportements agressifs. En sachant que cette hormone est beaucoup plus présente chez l’homme que chez la femme, on pourrait également en partie expliquer ces différences hommes/femmes sur la route.

« Femme au volant, mort au tournant »? Les éléments évoqués ci-dessus montrent que cela ne se vérifie pas sur la route. L’explication n’est pas liée à la compétence de conduite mais bien à la propension à transgresser les règles sur la route. Ces statistiques ne devraient donc pas être difficiles à faire évoluer si les hommes acceptent d’adopter un style de conduite plus féminin. A bon entendeur !

Deuxième édition du Grand Quiz de la Route : près de 33.000 participants !

La seconde édition du Grand Quiz de la route en Wallonie a pris fin le 30 novembre dernier. Au total, près de 33.000 participants ont tenté de répondre correctement à 20 questions sur la sécurité routière, le Code de la route ou encore les règles de priorité. La moitié d’entre eux ont obtenu un score de 14/20 ou plus.

Entre le 16 octobre et le 30 novembre, les Wallons pouvaient revoir leur Code de la route en répondant en ligne à 20 questions liées à la sécurité routière, aux règles de priorité, à la signalisation, etc. Avec près de 33.000 participants, cette deuxième édition enregistre une augmentation de plus de 20 % par rapport à l’année dernière. Parmi eux, 5.000 travailleurs et 3.000 supporters de foot. A partir d’un score de 14/20 minimum, les participants pouvaient tenter de remporter l’un des 200 prix mis en jeu en répondant à une question subsidiaire. Le grand gagnant est originaire de Sambreville, il a remporté le gros lot : un chèque voyage de 1.000 euros.

Du côté des entreprises : 2 fois plus de participants !

Comme l’année dernière, les entreprises pouvaient s’inscrire afin de faire jouer leurs collaborateurs via un hyperlien personnalisé. 119 entreprises ont mis leur personnel au défi (contre 50 en 2016) et plus de 5.000 travailleurs ont ainsi pu être sensibilisés à la sécurité routière. 

Les fans de foot se sont également mobilisés !

Suite à une collaboration avec la Pro League, les supporters wallons, flamands et bruxellois des 24 clubs de la Jupiler Pro League et de la Proximus Pro League pouvaient eux aussi rafraîchir leurs connaissances tout en aidant leur club favori à remporter la Coupe de la Sécurité Routière.

Cette année, les supporters des clubs wallons ont été moins motivés : 3.000 d’entre eux ont participé  sur le site lacoupedelasecuriteroutiere.be, contre 4.000 l’année dernière. C’est le club du Sporting Lokeren qui a remporté la coupe, avec un score moyen de 16,7 sur 20. Le   1e club wallon est le Sporting de Charleroi, à la 7e place, avec une moyenne de 14,3.

Une coopération entre la Flandre et la Wallonie

La Flandre organisait cette année le Grand Quiz de la route pour la 8ème fois. Cette action remporte un important succès dans le nord du pays avec près de 116.000 participants cette année. Pour la seconde année consécutive, l’AWSR a eu le plaisir de s’associer au VSV (Vlaamse Stichting Verkeerskunde) pour mettre en place cette initiative sur le territoire wallon. La Région bruxelloise a également rejoint le projet cette année.

Connaissance du code à améliorer

Avec seulement 61 % de bonnes réponses, alors qu’on en comptait 65 % l’année dernière, la connaissance des règles du Code de la route par les participants pourrait être améliorée. La connaissance des signaux routiers laisse également à désirer avec seulement 60 % de réponses correctes. Par contre, la connaissance des règles de priorité semble s’être améliorée avec 71 % de bonnes réponses contre seulement 64 % l’année dernière.

Les questions se rapportant aux règles spécifiques concernant les usagers faibles ont donné le plus de fil à retordre aux participants avec seulement 52 % de réponses correctes. Les questions qui ont remporté le taux le plus important de bonnes réponses concernaient l’équipement et les aspects techniques des véhicules (81 %). Il faut toutefois noter que la comparaison avec l’année dernière est difficile étant donné que les questions changent chaque année.

Rendez-vous en 2018 pour une nouvelle édition du quiz 

L’AWSR se réjouit du succès grandissant du Grand Quiz de la route, qui montre l’intérêt des citoyens pour la sécurité routière et la mobilité, et compte donc bien organiser une édition 2018 ! En attendant, le quiz reste en ligne sur www.quizdelaroute.be pour tous ceux qui ont encore envie de tester leurs connaissances, mais il n’y aura pas de prix mis en jeu avant la prochaine édition !

Journée mondiale du souvenir des victimes de la route

À l’occasion de la journée mondiale du souvenir des victimes de la route qui sera célébrée ce dimanche 19 novembre, le Ministre wallon de la Sécurité routière Carlo DI ANTONIO rappelle que la Wallonie a mis en place un service entièrement dédié aux personnes touchées par un accident de la route.

En 2016, les accidents de la route ont fait plus de 15.000 victimes en Wallonie, dont 302 ont perdu la vie. Entre les séquelles physiques, les démarches administratives et juridiques, « l’après accident » est un véritable parcours du combattant que les victimes fragilisées physiquement et psychologiquement ne sont pas toujours en mesure de mener seules.

Département « Information et orientation des victimes de la route »

Depuis janvier 2015, l’AWSR met à la disposition des victimes de la route et de leurs proches, un service unique en Wallonie, destiné à les informer, les accompagner et les orienter pour toutes les démarches qui font suite à  l’accident. Toute personne directement ou indirectement impliquée dans un accident de la route avec dommages corporels peut contacter ce service qui est totalement gratuit.

Écoute, information et orientation des victimes

L’équipe de l’AWSR, composée de psychologues et de juristes, peut être contactée tout au long de la procédure, qui s’étend souvent sur plusieurs années après l’accident. Les personnes qui contactent le service bénéficient d’une écoute attentive et d’une information la plus complète possible.

Les victimes et leurs proches peuvent joindre le service via une ligne téléphonique qui leur est dédiée 081/821.321 ainsi qu’une adresse email : infovictimes@awsr.be et un site internet : www.victimesdelaroute.be.


Journée mondiale du souvenir des victimes de la route

La journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route a été instaurée en 2005 par l’Organisation des Nations Unies. Depuis lors, elle est commémorée chaque année le 3ème dimanche du mois de novembre dans de nombreux pays sur tous les continents. L’objectif est d’attirer l’attention sur l’ampleur des dégâts émotionnels et économiques causés par les accidents de la route et de rendre hommage aux victimes et aux services de secours et de soutien.

Plus d’infos ?

www.victimesdelaroute.be

Communiqué de presse

Wallonie : le nombre de tués repart à la baisse en 2016 !

Après une augmentation en 2015, le nombre de tués sur les routes wallonnes a baissé de 10% selon les premiers chiffres disponibles pour l’année 2016.

Bilan global

263 personnes ont perdu la vie sur les routes wallonnes en 2016. Il s’agit d’une nette baisse par rapport à 2015, où ce nombre s’élevait à 297.

Il faut également souligner que le nombre d’accidents et de blessés est également en baisse.

Les provinces wallonnes, également sur la bonne voie

Le nombre de tués sur place a diminué dans toutes les provinces wallonnes, à l’exception des provinces du Brabant wallon et de Namur, où il a légèrement augmenté. Il faut toutefois souligner qu’il s’agit de ‘petits’ chiffres et que par conséquent, l’augmentation peut parfois survenir suite à un ou deux gros accidents.
Après une importante augmentation en 2015, c’est la Province de Luxembourg qui enregistre la plus grande diminution du nombre de tués sur place (-34%) passant de 53 tués en 2015 à 35 pour l’année 2016. La Province du Brabant wallon enregistre, quant à elle, l’augmentation la plus marquée du nombre de tués (+24%) passant de 17 à 21 tués sur place. Cependant, selon les estimations de l’AWSR, le nombre total de tués dans cette province pour l’année 2016 devrait s’élever à 23, ce qui correspond quasiment au nombre attendu fin 2016 pour pouvoir atteindre l’objectif 2020 : 22 tués maximum.

Une analyse détaillée des chiffres par province est disponible sur le site de l’AWSR 
Voir le communiqué de presse dans son intégralité.

 

Campagne BOB d’hiver : plus de 97% de conducteurs sobres !

L’AWSR et la Police se réjouissent du bilan positif de la campagne BOB de fin d’année en Wallonie. Le nombre de contrôles réalisés est plus élevé que jamais et le pourcentage de conducteurs sous l’influence de l’alcool continue de diminuer !

97,2% de conducteurs sobres en Wallonie !

La campagne BOB de fin d’année s’est clôturée le 30 janvier dernier. Pendant 9 semaines, la Police fédérale et les zones de la Police locale ont effectué plus de 122.000 contrôles en Wallonie, soit environ 1.850 conducteurs contrôlés chaque jour ! Les contrôles se sont avérés négatifs pour 97,2% des conducteurs.

On constate une évolution positive depuis l’année dernière. Le nombre de contrôle a augmenté de 14,6% et le pourcentage de conducteurs positifs a diminué pour passer de 3,2 à 2,8%.

Résultats des contrôles menés en Wallonie

Néanmoins, 71% des conducteurs qui avaient consommé de l’alcool avaient beaucoup bu et présentaient une alcoolémie supérieure à 0,8‰ alors que la limite est de 0,5‰. Il s’agit malheureusement d’un pourcentage assez stable d’année en année.

Pour le communiqué de presse complet, c’est par ici.