Consultation citoyenne sur la sécurité routière

Le 1er décembre 2020 se tiendront les États généraux de la sécurité routière, initiés par la Ministre Valérie De Bue.

En amont de cet évènement, la Ministre et l’AWSR invitent tous les Wallons à être acteurs de la sécurité routière à travers une consultation citoyenne.

Via un grand questionnaire, vous avez la possibilité de partager votre avis sur des thématiques de la sécurité routière.

Aujourd’hui, plus que jamais, vous avez la possibilité d’agir pour plus de sécurité sur la route.

JE PARTICIPE !

Sauve une vie 2

Vous ne savez pas quoi faire face à un accident de la route ? Cliquez et apprenez comment devenir un héros le jour où ce sera nécessaire…

« Sauve une vie 2 » est un projet vidéo didactique et interactif emmené par le CHU et l’ULiège, avec le soutien de l’AWSR.

=> sauveunevie.be/e2

 

Une campagne pour inciter au covoiturage

En Belgique, plus de 8 automobilistes sur 10 sont seuls dans leur voiture. 10% d’autosolistes en moins permettrait de diminuer les files de 40%. 25% d’autosolistes en moins pourrait mettre un terme aux bouchons !

Dans le cadre de cette campagne, l’humour a été utilisé pour inciter les usagers du réseau à covoiturer afin de réduire les files et donc pour davantage de mobilité.

En marge de cette action, deux projets pilotes de covoiturage innovants ont été lancés au nord et au sud de l’autoroute E411/A4, à Wavre et à Arlon. Ces projets, premiers du genre en Europe, ont été officiellement présentés ce jour par le Ministre wallon de la Mobilité et des Transports Carlo DI ANTONIO, la SOFICO ainsi que le SPW Mobilité et Infrastructures.

Plus d’infos

Rouler tranquille, c’est chill – Nouvelle campagne

Rouler plus vite pour arriver à temps à sa réunion ou pour aller chercher son enfant avant que la crèche ne ferme, parce qu’on est stressé, parce que la route semble dégagée, parce qu’on sait conduire et qu’on n’a d’ailleurs jamais eu d’accident … Il y a toujours une bonne excuse pour appuyer sur la pédale d’accélérateur. En Wallonie, la vitesse excessive ou inadaptée est malheureusement encore responsable de 30 % des accidents mortels. L’AWSR invite les conducteurs à changer leur perception de la vitesse au volant.

Conducteurs éblouis par le soleil : 1 accident tous les 2 jours en Wallonie !

A cette période de l’année, le soleil est particulièrement rasant et le risque d’être ébloui est maximum. Or, sur la route, 90% des informations passent par les yeux. En Wallonie, tous les 2 jours, un accident est dû à l’éblouissement par le soleil. En Belgique, on en compte 2 par jour. L’AWSR met en garde tous les usagers de la route.

7 tués en Wallonie en 2017

En 2017 en Wallonie, 138 accidents corporels sont survenus suite à un éblouissement par le soleil et 582 accidents au niveau national. 788 personnes ont été blessées des suites de ces accidents dont 199 en Wallonie et 16 personnes sont décédées dont 7 en Wallonie.

Octobre et mars : 2 mois critiques

Les accidents avec éblouissement par le soleil surviennent tout au long de l’année mais on constate clairement des pics en septembre-octobre et dans une moindre mesure, en mars. Cela n’est pas étonnant puisque lors de ces 3 mois, les heures auxquelles le soleil est le plus rasant coïncident avec les heures de pointe. Pour le matin, entre 6h30 et 7h30 en mars et entre 7h30 et 8h30 en septembre-octobre. Et pour le soir, entre 18h20 et 19h20 en septembre, octobre et mars.

Evidemment, la météo joue également un rôle, il y a peu de risques d’être ébloui par le soleil s’il fait nuageux. Cette météo peut évidemment varier d’une année à l’autre.

Lever et coucher du soleil, moments à risques

Les accidents dus à l’éblouissement par le soleil sont plutôt enregistrés au lever et au coucher du soleil. On constate toutefois que pour les mois de janvier et de décembre, le nombre d’accidents de ce type se répartit plus uniformément sur toute la journée puisqu’à cette période-là, les journées sont plus courtes et le soleil est plus bas sur l’horizon.

Des collisions par le côté en agglomération

L’AWSR a analysé en détails les accidents avec éblouissement par le soleil survenus ces 10 dernières années. Dans 9 cas sur 10, il s’agit d’un accident survenu entre deux usagers. Ce sont principalement des collisions par le côté qui sont enregistrées (30% des cas), viennent ensuite les collisions par l’arrière (23% des cas) et enfin, les collisions frontales (12% des cas).

La grande majorité de ces accidents (65%) surviennent en agglomération et hors carrefour.

6 victimes sur 10 sont des occupants de voiture et une sur 3 un usager faible

La majorité des victimes de ce type d’accidents (60%) sont des occupants de voiture, viennent ensuite les usagers faibles qui représentent un tiers des victimes : les piétons (16%), les occupants de deux-roues motorisés (12%) et enfin, les cyclistes (8%).

Les conseils de l’AWSR

L’AWSR fait quelques recommandations aux usagers de la route qui se déplaceront aux heures de point pendant les semaines qui viennent.

  • Pensez à toujours avoir une paire de lunettes de soleil avec vous que ce soit en voiture, à vélo ou à moto ;
  • Veillez à bien nettoyer le pare-brise (la visière pour les motards) et remplissez le réservoir de liquide lave-glace. En effet, lorsque le pare-brise est sale, combiné avec une lumière rasante, il devient opaque (écran blanc comme du verre dépoli) ;
  • En voiture, réglez correctement le siège afin que le pare-soleil soit efficace ;
  • Adaptez votre vitesse : dès qu’on est ébloui, on ralentit ;
  • Cas particulier : la sortie d’un tunnel. La pupille du conducteur est dilatée et il mettra quelques secondes à retrouver une vision optimale. En 1 seconde à 90 km/h, on parcourt déjà 25 mètres environ…. Mieux vaut donc se préparer avant la sortie du tunnel : abaissez le pare-soleil, remettez vos lunettes de soleil et diminuez votre vitesse ;
  • Cyclistes et piétons ? Gardez à l’esprit que vous risquez de ne pas être vus par les automobilistes même si vous n’êtes de votre côté pas gênés par le soleil.

Wallonie : nombre historiquement bas de tués sur les routes au 1er semestre

Selon les premiers chiffres disponibles pour les 6 premiers mois de l’année 2018, le nombre de tués sur les routes wallonnes continue de diminuer. Après un bilan encourageant en 2017 où le nombre de décédés 30 jours était pour la première fois inférieur à 300 (289), la Wallonie enregistre un nouveau record. Pour la première fois, le nombre de tués sur les routes wallonnes au premier semestre est inférieur à 100 avec 89 tués sur place enregistrés.

L’AWSR se réjouit par ailleurs de la diminution de la mortalité parmi les usagers vulnérables (cyclistes et cyclomotoristes).

« Ce bilan encourageant confirme que la Wallonie est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif fixé par le Gouvernement wallon: réduire à 200 le nombre de tués sur les routes d’ici 2020, souligne le Ministre wallon de la Mobilité en charge de la Sécurité routière Carlo DI ANTONIO. Il faut poursuivre sur cette voie et ne pas perdre de vue que chaque victime de la route est une victime de trop. Derrière ces chiffres, il y a des vies humaines et des conséquences dramatiques pour l’entourage de ces personnes. »

Il ne faut donc pas relâcher les efforts. Il y a encore du pain sur planche pour parvenir à l’objectif 2020 et il y aura encore de travail par la suite pour poursuivre la diminution de la mortalité routière.

 

Départs en vacances : le respect des distances de sécurité

Aujourd’hui, 1 accident mortel sur 3 est encore dû à une vitesse excessive ou inadaptée. Même lorsqu’elle n’est pas à l’origine de l’accident, la vitesse représente un facteur aggravant puisqu’elle augmente fortement la violence des impacts. En effet, plus un véhicule se déplace rapidement, plus la distance qu’il parcourra avant de s’arrêter sera grande et plus la vitesse d’impact en cas d’accident sera importante. Le respect des distances de sécurité est essentiel pour pouvoir réagir aux imprévus ou anticiper les ralentissements.

Distance de sécurité sur autoroute = 2 secondes = 70 m

Le Code de la route ne spécifie pas la distance de sécurité à respecter pour les conducteurs de voiture, mais il est recommandé de laisser entre 2 véhicules une distance équivalente à celle parcourue en 2 secondes. Le cerveau a en effet besoin d’une seconde pour réagir avant que l’on appuie sur le frein, et pendant la 2e seconde, on entame le freinage en lui-même. Cette distance doit aussi être respectée lorsque le conducteur se rabat sur une voie après un dépassement. Sur autoroute, à 120 km/h, la distance de sécurité correspond à environ 70 m.

¼ des Wallons sous-estiment la distance de sécurité

Une enquête menée par l’AWSR auprès de 1.000 conducteurs wallons révèle que près de 1/4 d’entre eux sous-estiment cette distance. Et parmi ceux qui citent la bonne distance « théorique » (ou la surestiment), on constate qu’une grande partie n’est pas en mesure d’évaluer correctement le nombre de mètres qui les séparent du véhicule qui les précède: seuls 33% citent une technique fiable, dont la règle des « 2 crocodiles ».

2 crocodiles ?

Ce moyen mnémotechnique permet aux conducteurs calculer la distance de sécurité facilement : je choisis un point de repère le long de la route (pont, panneau de signalisation,…) et commence à compter « 1 crocodile, 2 crocodiles » dès que le véhicule qui me précède franchit ce repère. Si je passe à hauteur de ce point de repère avant d’avoir terminé de compter le 2ème crocodile, c’est que je roule trop près du véhicule devant moi. Une technique simple et facile à retenir.

 

Départs en vacances : comment occuper vos enfants ?

Tous ceux qui en ont le savent, les enfants ne sont pas vraiment fan des longs trajets. Rester calme pendant un voyage de plusieurs heures en voiture est mission impossible pour eux. Par ailleurs, ils peuvent représenter une réelle source de distraction pour le conducteur. Comment s’en sortir indemne ? Il faut bien s’organiser et préparer son trajet à l’avance !

Bébés

Pour les parents qui ont un bébé, il y a de grandes chances qu’il dorme pendant une bonne partie du trajet mais pour les bébés un peu plus âgés, cela s’avère un peu plus compliqué. Il faudra prévoir de quoi l’occuper entre les siestes.

  • Prévoir une tenue légère. Les enfants ont tendance à pas mal transpirer dans les sièges dos à la route ;
  • Prévoir des en-cas et un biberon d’eau ;
  • Prévoir des jouets (pas trop volumineux ni dangereux, on évite par exemple les balles dans la voiture) qu’il peut manipuler pour se distraire. Éventuellement, l’un des parents peut s’installer à l’arrière pour distraire bébé quand il s’impatiente. Attention, on ne sort jamais bébé de son siège lorsque la voiture roule !
  • Faire des pauses régulièrement pour changer sa couche et le sortir un peu de son siège-auto.
  • Prévoir des histoires contées, musique, des petits objets qui font du bruit…

Pour les enfants plus grands.

  • On annonce la couleur à l’avance. Les enfants n’ont pas la même notion du temps que les adultes et sont beaucoup plus impatients. Il est donc utile de leur rappeler quelques éléments avant le départ, leur expliquer que cela va être un peu long, qu’ils vont devoir être patients mais qu’après ils pourront profiter des vacances ! Rappeler les règles du voyage : on met sa ceinture, on ne distrait pas le conducteur, on fera des arrêts toutes les 2h, etc.
  • Pour les occuper, l’essentiel est de prévoir des activités variées car les enfants ont tendance à se lasser rapidement. Il faut prendre des choses qu’ils aiment mais aussi quelques nouveautés pour les occuper plus longtemps.
    • Coloriage, ou une ardoise sur laquelle on peut dessiner ;
    • Des gommettes ou autocollants à coller dans livre prévu pour ;
    • Des jeux de cartes ou de société au format voyage ;
    • De la musique : les petits adorent chanter. Il faut quand même faire attention à ne pas transformer la voiture en discothèque car le conducteur doit rester concentré ;
    • Une tablette avec des dessins animés qu’ils apprécient. Prévoir un casque ;
    • On peut également faire des jeux directement liés au trajet, cela peut assez bien fonctionner. Trouver le plus grand nombre de voitures blanches ou autres, organiser une chasse aux objets (une moto rapporte 2 points, un camion 3…), faire sourire les passagers des autres voitures par exemple en cas d’embouteillage….

Prévoir quelques boissons et des en-cas à l’arrière que les enfants peuvent consommer pendant le trajet.