Départs en vacances : le respect des distances de sécurité

Aujourd’hui, 1 accident mortel sur 3 est encore dû à une vitesse excessive ou inadaptée. Même lorsqu’elle n’est pas à l’origine de l’accident, la vitesse représente un facteur aggravant puisqu’elle augmente fortement la violence des impacts. En effet, plus un véhicule se déplace rapidement, plus la distance qu’il parcourra avant de s’arrêter sera grande et plus la vitesse d’impact en cas d’accident sera importante. Le respect des distances de sécurité est essentiel pour pouvoir réagir aux imprévus ou anticiper les ralentissements.

Distance de sécurité sur autoroute = 2 secondes = 70 m

Le Code de la route ne spécifie pas la distance de sécurité à respecter pour les conducteurs de voiture, mais il est recommandé de laisser entre 2 véhicules une distance équivalente à celle parcourue en 2 secondes. Le cerveau a en effet besoin d’une seconde pour réagir avant que l’on appuie sur le frein, et pendant la 2e seconde, on entame le freinage en lui-même. Cette distance doit aussi être respectée lorsque le conducteur se rabat sur une voie après un dépassement. Sur autoroute, à 120 km/h, la distance de sécurité correspond à environ 70 m.

¼ des Wallons sous-estiment la distance de sécurité

Une enquête menée par l’AWSR auprès de 1.000 conducteurs wallons révèle que près de 1/4 d’entre eux sous-estiment cette distance. Et parmi ceux qui citent la bonne distance « théorique » (ou la surestiment), on constate qu’une grande partie n’est pas en mesure d’évaluer correctement le nombre de mètres qui les séparent du véhicule qui les précède: seuls 33% citent une technique fiable, dont la règle des « 2 crocodiles ».

2 crocodiles ?

Ce moyen mnémotechnique permet aux conducteurs calculer la distance de sécurité facilement : je choisis un point de repère le long de la route (pont, panneau de signalisation,…) et commence à compter « 1 crocodile, 2 crocodiles » dès que le véhicule qui me précède franchit ce repère. Si je passe à hauteur de ce point de repère avant d’avoir terminé de compter le 2ème crocodile, c’est que je roule trop près du véhicule devant moi. Une technique simple et facile à retenir.

 

Départs en vacances : comment occuper vos enfants ?

Tous ceux qui en ont le savent, les enfants ne sont pas vraiment fan des longs trajets. Rester calme pendant un voyage de plusieurs heures en voiture est mission impossible pour eux. Par ailleurs, ils peuvent représenter une réelle source de distraction pour le conducteur. Comment s’en sortir indemne ? Il faut bien s’organiser et préparer son trajet à l’avance !

Bébés

Pour les parents qui ont un bébé, il y a de grandes chances qu’il dorme pendant une bonne partie du trajet mais pour les bébés un peu plus âgés, cela s’avère un peu plus compliqué. Il faudra prévoir de quoi l’occuper entre les siestes.

  • Prévoir une tenue légère. Les enfants ont tendance à pas mal transpirer dans les sièges dos à la route ;
  • Prévoir des en-cas et un biberon d’eau ;
  • Prévoir des jouets (pas trop volumineux ni dangereux, on évite par exemple les balles dans la voiture) qu’il peut manipuler pour se distraire. Éventuellement, l’un des parents peut s’installer à l’arrière pour distraire bébé quand il s’impatiente. Attention, on ne sort jamais bébé de son siège lorsque la voiture roule !
  • Faire des pauses régulièrement pour changer sa couche et le sortir un peu de son siège-auto.
  • Prévoir des histoires contées, musique, des petits objets qui font du bruit…

Pour les enfants plus grands.

  • On annonce la couleur à l’avance. Les enfants n’ont pas la même notion du temps que les adultes et sont beaucoup plus impatients. Il est donc utile de leur rappeler quelques éléments avant le départ, leur expliquer que cela va être un peu long, qu’ils vont devoir être patients mais qu’après ils pourront profiter des vacances ! Rappeler les règles du voyage : on met sa ceinture, on ne distrait pas le conducteur, on fera des arrêts toutes les 2h, etc.
  • Pour les occuper, l’essentiel est de prévoir des activités variées car les enfants ont tendance à se lasser rapidement. Il faut prendre des choses qu’ils aiment mais aussi quelques nouveautés pour les occuper plus longtemps.
    • Coloriage, ou une ardoise sur laquelle on peut dessiner ;
    • Des gommettes ou autocollants à coller dans livre prévu pour ;
    • Des jeux de cartes ou de société au format voyage ;
    • De la musique : les petits adorent chanter. Il faut quand même faire attention à ne pas transformer la voiture en discothèque car le conducteur doit rester concentré ;
    • Une tablette avec des dessins animés qu’ils apprécient. Prévoir un casque ;
    • On peut également faire des jeux directement liés au trajet, cela peut assez bien fonctionner. Trouver le plus grand nombre de voitures blanches ou autres, organiser une chasse aux objets (une moto rapporte 2 points, un camion 3…), faire sourire les passagers des autres voitures par exemple en cas d’embouteillage….

Prévoir quelques boissons et des en-cas à l’arrière que les enfants peuvent consommer pendant le trajet.

Départs en vacances : le code de la route à l’étranger

Le fait d’être en vacances ne dispense pas de respecter les règles du code de la route. Suite à une directive européenne de 2011, tous les États membres de l’UE (hors Danemark, Irlande et Royaume-Uni) peuvent partager les informations relatives aux véhicules immatriculés sur leur territoire qui ont commis une infraction routière. Cela signifie que même si elle a été constatée à l’étranger, l’amende finira par arriver au domicile du contrevenant.

La directive porte sur les 8 infractions suivantes :

* excès de vitesse ;

* non-port de la ceinture de sécurité ;

* franchissement d’un feu rouge ;

* conduite en état d’ébriété ;

* conduite sous l’influence de drogues ;

* non-port du casque ;

* circulation sur une voie interdite ;

* usage illicite d’un téléphone portable ou de tout autre équipement de communication en conduisant un véhicule.

Le montant de l’amende et les procédures de poursuite sont déterminés par le code de la route du pays européen dans lequel l’infraction a eu lieu.

Spécificités du code de la route à l’étranger

NB : Nous avons repris uniquement les éléments qui diffèrent de chez nous pour la vitesse, l’alcool ainsi que quelques règles spécifiques qui n’existent pas en Belgique. Les limitations de vitesse indiquées ne concernent que les voitures particulières.

FRANCE

Vitesse

Sur autoroute : 130km/h et 110 km/h en cas de pluie ou dans certaines zones.

Une baisse de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à 80km/h est prévue à partir du 1er juillet 2018. Elle concerne les routes à double sens sans séparateur central.

Alcool

Alors que le taux maximal d’alcoolémie autorisé est de 0,5‰ comme en Belgique, il est baissé à 0,2‰ pour les nouveaux conducteurs (titulaires d’un permis depuis soit moins de 3 ans ou soit moins de 2 ans si le conducteur — en plus d’avoir suivi une formation de 20 heures avec un instructeur — a parcouru au moins 3 000 km sur une période minimale de 2 ans, accompagné par un conducteur expérimenté, avant de passer l’épreuve de conduite).

En Belgique, le taux est fixé à 0,5‰ pour tous les conducteurs quel que soit leur âge à l’exception des conducteurs professionnels pour lesquels il est fixé à 0,2‰. Les jeunes conducteurs (titulaires du permis depuis moins de 2 ans) sont toutefois sanctionnés plus sévèrement. En effet, s’ils sont contrôlés positifs à l’alcool, ils ont d’office un retrait de permis et doivent repasser au moins l’un des examens (théorique ou pratique).

Quelques spécificités

Les conducteurs ne peuvent utiliser leur téléphone portable qu’avec un kit mains-libres bluetooth. Ils ne peuvent pas l’utiliser avec des écouteurs (que ce soit pour des appels ou de la musique) – Amende de 135 euros.

En théorie, il est obligatoire d’avoir un éthylotest jetable dans l’habitacle, mais aucune sanction n’est donnée aux conducteurs qui n’en ont pas.

Les conducteurs doivent se munir d’une vignette environnement disponible via le site web du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire https://www.certificat-air.gouv.fr/fr/demande

Légalement, il est interdit de placer un enfant de moins de 10 ans à l’avant d’une voiture. Il s’agit d’une pratique sanctionnée par une amende de 135 euros.

2 dérogations existent :

  • Si le véhicule ne dispose pas de banquette arrière ou si celle-ci n’est pas équipée de ceinture de sécurité.
  • Si la banquette arrière est momentanément inutilisable ou déjà occupée par des enfants de moins de 10 ans installés dans des sièges auto.

En Belgique, un enfant peut être transporté à l’avant dès sa naissance à condition d’être installé dans un siège adapté à son poids s’il mesure moins d’1m35.

ALLEMAGNE

Vitesse

Voies urbaines : 50km/h

Voies non urbaines : 100 km/h

Autoroutes : 130 km/h (sur certains tronçons où il n’y pas de limitations de vitesse, le 130 est uniquement recommandé).

Alcool

Le taux est fixé à 0‰ pour les conducteurs ayant leur permis depuis moins de deux ans ainsi que pour les conducteurs professionnels.

Règle spécifique

Il faut se munir d’une vignette environnementale  pour rouler dans un grand nombre de villes allemandes. Par exemple, Berlin, Munich et Cologne.

Le document est obligatoire pour tous les véhicules à quatre roues qui souhaitent entrer dans les villes concernées. Les automobilistes qui empruntent uniquement l’autoroute et les motards ne sont donc pas concernés. La vignette coûte 17,50 euros et peut être achetée (entre autres) sur le webshop de la VAB. Elles peuvent également être acquises directement en Allemagne.

ITALIE

Vitesse

130 km/h sur autoroute, le reste est similaire à Belgique.

Alcool

Le taux est fixé à 0‰ pour les nouveaux conducteurs et pour les conducteurs professionnels.

Règles spécifiques

  • L’utilisation des phares en plein jour est obligatoire.
  • Les chiens doivent porter une ceinture de sécurité. En Belgique, un chien transporté dans une voiture doit être séparé du conducteur par un filet.
  • Il existe des « zones de trafic limité » (« ZTL ») où la circulation est interdite sauf à certains conducteurs qui ont des dérogations. Il faut donc être très attentif aux panneaux.
  • Les vélos doivent être signalés par un panneau rouge et blanc lorsqu’ils sont attachés à l’arrière du véhicule.

PAYS-BAS

Vitesse

Voies non urbaines : 80km/h

Autoroutes : limitations de vitesse dynamiques (100, 120 et 130km/h)

Alcool

Le taux est fixé à 0,5‰ pour les conducteurs professionnels et à 0,2‰ pour les nouveaux conducteurs (titulaires du permis depuis moins de 5 ans).

ESPAGNE

Vitesse

90km/h sur les voies rurales sans accotement stabilisé ou avec accotement étroit (<1,5m).

120km/h pour les voies rurales avec accotement stabilisé d’au moins 1,5m de large ou avec au moins deux voies dans chaque direction.

Alcool

Le taux est fixé à 0,3‰ pour les nouveaux conducteurs (titulaires d’un permis depuis moins de 2 ans ainsi que pour les conducteurs professionnels)

Règles spécifiques

  • Les vélos doivent être signalés par un panneau rouge et blanc lorsqu’ils sont attachés à l’arrière du véhicule.
  • Casque (moins de 16 ans: obligatoire; plus de 16 ans: recommandé en zone urbaine et obligatoire en dehors des zones urbaines). En Belgique, le port du casque vélo n’est pas obligatoire.
  • Seuls les téléphones ou équipements mains-libres (bluetooth) sont autorisés. L’utilisation d’écouteurs ou de casque audio est interdite.

 Autres infos utiles

  • Les avertisseurs de radars sont interdits en Suisse, Irlande, Slovaquie et Turquie. En France, ils doivent mentionner des « zones à risque » et pas des radars pour être autorisés.
  • Au Portugal, il est interdit de transporter des vélos à l’arrière de la voiture, ils doivent absolument être placés sur le toit.
  • Pour ceux qui se rendent en Suisse, il faut prévoir un triangle de danger qui doit être à portée de main du conducteur. En dehors des agglomérations, le conducteur doit klaxonner avant de s’engager dans un virage serré et dépourvu de visibilité.
  • A Chypre, il est totalement interdit de manger et boire au volant; même de l’eau.
  • En Croatie, les conducteurs de moins de 24 ans doivent rouler 10 km/h moins vite que la limitation (ex.: 40 km/h au lieu de 50 en agglomération).

Un petit contrôle des assurances ne peut pas faire de tort !

On ne pense généralement pas à vérifier ce que couvrent nos assurances qu’au moment où l’on en a besoin… Or, lorsque le sinistre est survenu, il arrive qu’on réalise qu’on n’était pas assuré et il est trop tard ! De nombreuses assurances sont susceptibles d’intervenir en cas de pépins lors de vacances en voiture. Avant le départ, il vaut donc mieux effectuer un petit check-up auprès de son courtier/assureur. Les bonnes questions à se poser : suis-je ou non assuré pour…

  • Un éventuel rapatriement ?
  • Les préjudices corporels subis par le conducteur de la voiture et/ou ses passagers ?
  • Les dégâts matériels à mon véhicule ou à celui de la compagnie de location ?
  • Les dégâts subis ou causés par ma remorque ?

Assuralia a réalisé une brochure reprenant davantage d’informations à ce sujet :  http://www.abcassurance.be/sites/default/files/document_files/140316_fr_brochure_comment_mettre-a-jour.pdf

 

 

 

Départs en vacances : comment charger la voiture ?

Dans le coffre

  • Il faut veiller à placer les bagages lourds dans le coffre et non dans l’habitacle et mettre les objets les plus lourds le plus bas possible (donc éviter de les mettre sur le toit) et au centre pour équilibrer la voiture.
  • Utiliser les bagages légers pour coincer les lourds.
  • Arrimer les bagages si le véhicule est équipé de sangles.
  • Penser visibilité. Ne pas charger le coffre jusqu’au-dessus et ainsi nuire à la visibilité du conducteur ;

Pour ceux qui utilisent des coffres de toit ou des porte-vélos, il est important de veiller à respecter scrupuleusement les indications du constructeur, de s’assurer que le chargement est solidement arrimé et de ne pas masquer la plaque d’immatriculation.

Dans l’habitacle

En cas de choc, le poids est démultiplié et les bagages ou autres objets présents dans la voiture peuvent devenir de véritables projectiles. Une simple canette pèse par exemple près de 10 kilos à une vitesse de 120km/h ! Mieux vaut donc éviter de laisser le thermos de café dans l’habitacle pendant le trajet.

  • On peut par exemple placer les boissons et en-cas dans les pochettes de rangement des sièges ou dans un sac ou frigo box attaché avec la ceinture de sécurité sur un siège disponible.

=> Ne pas oublier qu’une voiture chargée se comporte différemment, elle dérape plus vite, a besoin d’une plus grande distance de freinage et redémarre beaucoup plus lentement.

Départs en vacances : check-up du véhicule

Prendre la route avec un véhicule qui n’est pas en ordre techniquement peut vite transformer les vacances en cauchemar, avec à la clé une note beaucoup plus chère que prévu. Un petit check-up du véhicule s’impose donc avant le départ. On peut aisément contrôler certains éléments soi-même.

  • Le plus important : la pression des pneus

Un pneu sous-gonflé s’use plus rapidement, avec comme conséquence un allongement de la distance de freinage ou même un éclatement à vitesse élevée. Sur les autoroutes françaises, pendant les mois de juillet et août, 1 accident mortel sur 5 est causé par un éclatement de pneu dû à un sous-gonflage. Un pneu en surpression est tout aussi dangereux car il interfère dans la bonne tenue de route.

La bonne pression est celle préconisée par le constructeur automobile du véhicule.  On retrouve généralement cette info dans le manuel d’utilisation et/ou sur une vignette souvent présente sur le montant de la portière conducteur, sur la trappe à essence ou dans la boîte à gants. En cas de départ en vacances et donc de chargement plus important du véhicule, il est conseillé d’ajouter 0,2 à 0,3 bar de pression.

  • Les clignotants, les feux stops et les phares.

Il est important de vérifier que tous les feux (clignotants, feux stop et feux de croisement) sont en bon état de marche et correctement réglés. C’est indispensable pour permettre au conducteur, d’une part, d’être vu et, d’autre part, de repérer à l’avance les dangers et de réagir à temps.

Pour une visibilité optimale, il faut également vérifier l’usure des balais d’essuie-glaces et le bon réglage de tous les rétroviseurs.

  • Un réservoir de liquide lave-glace bien rempli ;
  • Un niveau d’huile et de liquide de refroidissement suffisants ;

Pour d’autres points importants à vérifier, tels que les freins ou les amortisseurs, il est fortement conseillé de s’adresser à un professionnel.

Chèques taxi backsafe

Dormir sur place, rentrer en taxi, en transport en commun ou avec une personne qui n’a pas bu, etc. Des solutions pour ne pas reprendre le volant lorsqu’on a bu il en existe. Dans tous les cas on a tout intérêt à s’organiser préalablement pour savoir comment on va rentrer.

Et pourquoi pas en taxi ? 

Flexible et disponible 24 heures sur 24, le taxi reste cependant une alternative trop chère pour 28% des wallons. Pour pallier ce frein, l’AWSR propose un projet-pilote visant à mettre en vente 10.000 chèques taxi Backsafe en Wallonie, en collaboration avec GTL, le Groupement national des entreprises de taxis. Ces chèques peuvent être utilisés par les jeunes Wallons (âgés entre 16 et 30 ans) pour rentrer en taxi de jeudi à dimanche entre 23h et 6h, au départ d’une des 7 villes qui participent au projet pilote : Liège, Charleroi, Mons, Verviers, Namur, Tournai et Arlon. Le principe est simple : un chèque taxi vaut 5 euros mais ne coûte que 2,50 euros à son utilisateur. Les chèques peuvent dès aujourd’hui être commandés via notre site.

 

Réforme du permis de conduire : le 1er juillet, c’est au tour du permis pratique !

Après l’examen théorique au permis de conduire B c’est au tour de l’épreuve pratique d’être réformée en Wallonie ce 1er juillet. De nouvelles manœuvres à maîtriser, un nouveau test de perception des risques et surtout l’obligation pour le guide en filière libre de suivre un module de formation.

L’objectif de cette réforme ? Améliorer la formation de base pour préparer au mieux à la réalité sur la route.

L’une des grandes nouveautés de la formation pratique au permis est donc l’introduction d’une épreuve supplémentaire, le test de perception des risques qu’il faudra impérativement réussir pour pouvoir présenter l’examen pratique. Les conducteurs débutants éprouvent souvent des difficultés à appréhender l’environnement autour de leur véhicule. Ils se focalisent sur l’avant du capot et ne perçoivent donc pas toujours les sources de risques d’accidents aux alentours. Ce test s’effectuera sur ordinateur dans les centres d’examens wallons. Le nombre de tentatives est limité. Après deux échecs au test, les candidats devront obligatoirement suivre une formation de trois heures dans une auto-école.

Par ailleurs, de nouvelles manœuvres seront également demandées aux candidats. Jusqu’à présent, le candidat devait obligatoirement réaliser sur la voie publique les deux manœuvres suivantes : le demi-tour dans une rue étroite et le stationnement derrière un véhicule (créneau). À partir du 1er juillet, il y aura toujours deux manœuvres, mais l’une sera tirée au sort parmi un panel de quatre. Le créneau restera la manœuvre récurrente à effectuer tandis que la manœuvre tirée au sort pourra être soit le demi-tour dans une rue étroite, la marche arrière en ligne droite, le stationnement avant dans un emplacement perpendiculaire à la voirie avec sortie de l’emplacement en marche arrière et enfin le stationnement arrière dans un emplacement perpendiculaire à la voirie avec sortie de l’emplacement en marche avant.

 

Plus d’accidents liés à l’alcool pendant les jours fériés

L’Agence wallonne pour la Sécurité routière a passé au crible les accidents avec alcool sur une période de 10 ans. Il en ressort que les accidents corporels impliquant des conducteurs sous l’influence de l’alcool sont plus nombreux lors des jours fériés qu’aux autres moments de l’année.

En Belgique, les salariés (hormis quelques exceptions), les élèves et les étudiants ont tous au moins 10 jours de congés légaux par an (jours fériés). Les veilles de jour fériés sont souvent l’occasion de faire la fête et les jours fériés eux-mêmes sont des moments privilégiés pour l’organisation de repas et/ou sorties en famille.

Accidents avec alcool pendant les jours fériés

En Wallonie, environ 12% des accidents corporels impliquent au moins 1 conducteur sous l’influence de l’alcool. Ce pourcentage est plus élevé que la moyenne belge de 9%. L’AWSR s’est intéressée aux moments auxquels surviennent ces accidents. Il en ressort que les jours fériés, dont la date est fixe, se démarquent très nettement des autres moments de l’année et enregistrent les taux les plus élevés d’accidents avec alcool.

La bande d’arrêt d’urgence, seulement en cas d’urgence !

Comme son nom l’indique, la bande d’arrêt d’urgence ne peut être utilisée qu’en cas d’urgence. Cependant il n’est pas rare de croiser des usagers qui l’utilisent pour pique-niquer ou pour une pause pipi…

Si vous n’êtes pas dans une situation d’urgence, arrêtez-vous sur les aires de repos.

Les conseils de l’AWSR 

Si vous utiliser la BAU en cas d’urgence :

  • Garez-vous prudemment et allumez vos feux de détresse.
  • Enfiler votre gilet fluo (si possible) AVANT de sortir du véhicule (il vaut donc mieux conserver le gilet fluo dans l’habitacle que dans le coffre).
  • Placez, à une distance comprise entre 30 et 100 m (sur l’autoroute) du lieu de l’accident, un triangle de sécurité.
  • Sortez du véhicule du côté droit (idem pour les passagers).
  • Placez-vous ainsi que vos passagers de l’autre côté de la glissière de sécurité.
  • Marchez derrière la glissière de sécurité pour rejoindre la borne d’appel d’urgence. Ne jamais traverser les voies pour atteindre une borne qui se situerai de l’autre côté.

Il faut également éviter d’effectuer une réparation sur votre voiture, même un changement de pneu. Il vaut mieux faire appel aux sociétés de dépannage et à la police de la route qui ont l’habitude de travailler dans ces conditions et qui ont des véhicules adaptés.

Journée internationale de la femme : l’AWSR invite les hommes à prendre les femmes en exemple sur la route !

À l’occasion de la journée de la femme ce jeudi 8 mars, l’AWSR a comparé les statistiques d’accidents concernant les hommes et les femmes. Les résultats montrent que les hommes sont en général moins bons élèves sur la route…

Femmes au volant = moins d’accidents 

Contrairement aux idées reçues, les femmes sont moins représentées dans les accidents corporels que les hommes. Seul un conducteur sur 5 impliqué dans un accident mortel est une femme. Il y a davantage d’hommes que de femmes sur les routes (environ 60% d’hommes contre 40% de femmes) mais néanmoins, les conducteurs masculins restent largement surreprésentés, surtout dans les accidents mortels.

Les femmes conduisent mieux que les hommes ?

Si les femmes sont moins représentées dans les accidents, c’est notamment parce qu’elles désapprouvent davantage les comportements dangereux, sont moins tentées de dépasser les limites de vitesse et se montrent plus prudentes sur la route sur de nombreux aspects.

Explication biologique ?

La surreprésentation des hommes dans les accidents de la route peut être expliquée par de nombreux facteurs. Parmi ceux-ci, il y a certainement chez les femmes, une prise de conscience plus importante des risques lors de la conduite d’un véhicule. Plusieurs chercheurs estiment que la testostérone joue un rôle sur la prise de risques et les comportements agressifs. En sachant que cette hormone est beaucoup plus présente chez l’homme que chez la femme, on pourrait également en partie expliquer ces différences hommes/femmes sur la route.

« Femme au volant, mort au tournant »? Les éléments évoqués ci-dessus montrent que cela ne se vérifie pas sur la route. L’explication n’est pas liée à la compétence de conduite mais bien à la propension à transgresser les règles sur la route. Ces statistiques ne devraient donc pas être difficiles à faire évoluer si les hommes acceptent d’adopter un style de conduite plus féminin. A bon entendeur !