Fatigué ? Une petite pause et c’est reparti

Fatigué ? Une petite pause et c’est reparti

Sur nos routes, environ 1 accident mortel de la route sur 6 est dû à la somnolence et même 1 accident mortel sur 4 sur les autoroutes. 53% des conducteurs qui reconnaissent s’être déjà sentis somnolents au volant se souviennent l’avoir été lors d’un trajet de vacances. Trois quarts d’entre eux ont commencé à être somnolents après plus de deux heures de trajet. Plus le trajet est long, plus le risque de s’endormir au volant est important. En cette période de départs particulièrement à risques, il est donc important de rappeler aux conducteurs les solutions pour lutter contre la somnolence au volant.

C’est bien connu, sur la route des vacances, on est déjà en vacances. Il s’agit donc d’un trajet pour lequel on n’a vraiment aucune excuse pour ne pas faire de pauses. Pendant tout le mois de juillet, des affiches rappelleront aux automobilistes l’importance de s’arrêter dès qu’on se sent fatigué. Elles évoquent les vacances et la détente qui les accompagne.

Quelques conseils

Avant le trajet : mieux vaut prévenir que guérir…

  • Avoir une bonne hygiène de sommeil : l’accumulation de nuits trop courtes accroit le risque de somnolence. Un conducteur ayant dormi 5h en moyenne par nuit pendant quelques jours consécutifs risque 6 fois plus d’avoir un accident qu’un conducteur qui a dormi 8h en moyenne. Il faut donc prévoir de dormir suffisamment (minimum 8h) la veille du départ.
  • Les personnes souffrant de troubles non traités comme des apnées du sommeil sont plus sujettes aux risques de somnolence. Mieux vaut consulter un médecin en cas de doute.
  • En cas de prise de médicaments, toujours vérifier auprès du médecin ou du pharmacien qu’ils n’ont pas d’impact sur l’aptitude à la conduite.

Pendant le trajet

  • Se montrer particulièrement vigilant entre 2h et 5h et entre 13h et 15h car il s’agit des périodes les plus propices à l’endormissement. A ces moments-là, il vaut donc mieux confier le volant à un autre conducteur présent dans la voiture ou même prévoir de passer la nuit dans un hôtel et reprendre la route le lendemain.
  • Eviter les repas trop lourds. Les glucides et les lipides favorisent la somnolence entre 1/2 h et 1 h après leur absorption.
  • Ne pas consommer d’alcool.
nouveau schéma fatigue GB

Quand faut-il s’arrêter ?

Pour éviter de s’endormir au volant, il faut impérativement s’arrêter dès les premiers signes de fatigue. La difficulté à maintenir la tête droite, le regard qui se fixe, le besoin constant de changer de position, la tendance à se frotter le visage, les mains, le cou… sont autant de signes que notre corps nous envoie pour nous inciter à nous arrêter et faire une pause. Seule la moitié des conducteurs wallons estime qu’ils sont capables de reconnaître les premiers signes de fatigue.

Que faire pour se remettre en forme ?

La seule solution efficace pour lutter contre la somnolence au volant est de faire une courte sieste (15-20 minutes) éventuellement après avoir consommé un café. Les 15 à 20 minutes correspondent au délai nécessaire pour que l’absorption de la caféine puisse faire son effet

Les supports de campagne

L’affiche autoroute